Un grenier communautaire est un magasin où est stocké du paddy ( riz non décortiqué,  brut pour une meilleure conservation) acheté à son cours le plus bas (en mai ou juin, lorsque l’offre est élevée) pour le revendre aux villageois en période de “soudure”, de janvier à mi-mai, lorsque le prix du riz, devenu rare, est au plus haut sur le marché.

Ecoles Du Monde, l’association partenaire de RSF présente sur place, fournit le nécessaire à la construction par les villageois d’un grenier (local en dur, toiture résistante aux grands coups de vent, ouvertures grillagées, porte sécurisée) et, la première année, à l’achat de paddy.

La gestion du stock puis de la vente, pendant les mois les plus difficiles de la période de soudure, est prise en charge en partenariat avec des associations villageoises. Parmi celles-ci, priorité est donnée aux associations de femmes qui font preuve de la plus grande conscience des problèmes ménagers.

Le prix de vente du riz est calculé au plus juste pour ne rembourser que l’amortissement du bâtiment, les frais de traitement contre les nuisibles et des frais minimes de secrétariat. L’argent récupéré lors de la vente sert à l’achat d’un nouveau stock de paddy au cours le plus bas juste après la récolte. Pour les donateurs, l’opération grenier ne nécessite donc qu’un seul don en début d’opération car il fonctionne par la suite de façon autonome.

Une première opération de ce type a été lancée en 2009 et renouvelée en 2010. Ce fut un succès. C’est pourquoi RSF a décidé de financer de nouveaux greniers à riz en 2012 pour le village de Maetsadava : stock total de riz, dix 10 tonnes et 630 personnes bénéficiaires du projet.

Images :

Le poulailler au village de Maetsadava.

Andréas RAKOTONIRINA est le jeune responsable du poulailler. C’est un ancien des écoles et du pensionnat d’Ecoles Du Monde. Grâce au don de RSF, un bâtiment lui a été confié et il a bénéficié de la formation, du matériel et des intrants nécessaires au démarrage d’un élevage de poules pondeuses.

L’expérience faite sur ce projet permet d’envisager sa reproduction dans d’autres villages.
Andréas pourra ainsi faire bénéficier de son expérience à d’autres villageois. Il envisage  d’agrandir ses activités par la construction d’un nouveau bâtiment et l’extension de l’élevage de 50 à 100 poules. Il a une créé une petite entreprise avicole. Souhaitons-lui bonne chance !

 

 

Share This